Mutua Madrid Open: Olivier Rochus: « Le match était équilibré sauf au service »

Ce n’est pas sur la terre battue bleue qu’Olivier Rochus remportera son premier match de la saison sur terre battue. Il s’est incliné en deux sets face au Suisse Stanislas Wawrinka 6-4 7-6. Pourtant Rochus avait pris un très bon départ en breakant d’entrée son adversaire du jour récent demi-finaliste à Estoril. Après deux jeux, la machine Suisse se met en route. Wawrinka joue le point gagnant sur chaque balle. Il sert de nombreux aces ou services gagnants et remporte le set 6-4.

« Je pense que le niveau du jeu était très équilibré mais Wawrinka servait souvent à 200 ou 210 km/h et il a fait beaucoup d’aces. Derrière, je devais me battre pour garder mon jeu de service. Quand il était mené 0-30, il claquait 3 aces intouchables. Au tie-break, je pense qu’il a fait trois ou quatre aces. Grâce à ça, il pouvait se permettre de tenter quelque chose en retour sur mes jeux de service. Il n’y avait pas beaucoup d’échange.  C’était un drôle de match. Les conditions n’étaient pas évidentes avec un terrain très glissant sur la terre battue bleue« , explique Rochus à l’issu de la rencontre.

Dans le deuxième set, les deux joueurs gardent mutuellement leur service. Au tie-break, Wawrinka sert deux aces et un service gagnant. C’est difficile pour Olivier Rochus de rivaliser à ce niveau-là. Il s’incline 7 points à 3. Wawrinka l’emporte 6-4 7-6 (3).

« La couleur est sympa. Le problème est que la surface est  trop glissante. La terre battue est trop fine.  Dès que tu joues un ou deux jeux, c’est une patinoire.  C’est la même chose pour tout le monde, mais pour un Masters Series, il faut que la surface reste jouable même si la couleur change« , explique le Belge au sujet de la nouvelle terre battue choisie par les organisateurs du Mutua Madrid Open.

« Je me suis retiré des qualifications de Rome. Je vais rentrer en Belgique et me reposer pendant deux ou trois jours. Après, je vais essayer d’avoir une bonne semaine d’entraînements avec beaucoup de physique et de cardio avant d’aller à Nice. C’est dommage car je pense que mon niveau de jeu est bon. Mais j’ai joué beaucoup de matches serrés contre de très bons joueurs. Quand on perd, on perd également la confiance. On sait que dans les gros tournois, c’est difficile de ne pas tomber sur des joueurs du top 30. Mais j’essaie de garder le moral. Je continue de bien m’entraîner et cela finira bien par payer« , conclut le Belge philosophe.

I. A.